Le mode accessibilité augmente les contrastes pour les personnes ayant des difficultés visuelles.


Scarabée japonais et ver blanc

Scarabée japonais Le scarabée japonais est un insecte exotique envahissant originaire du Japon. Il a été détecté la première fois en Amérique du Nord en 1916 sur la côte est des États-Unis. Il aurait été introduit au Canada par la Nouvelle-Écosse en 1939 par un touriste en provenance du Maine. Durant la même année, trois autres insectes adultes ont été capturés à Lacolle, dans le sud du Québec.

Au stade adulte, le scarabée japonais s’attaque à plus de 250 espèces de plantes, plusieurs essences d’arbre et de nombreuses espèces maraichères. En voici quelques exemples : orme, érable, vigne, pêcher, pommier, abricotier, cerisier, prunier, rosier, zinnia, maïs, asperge, soja, bleuet, framboisier, mûrier sauvage.

La larve du scarabée japonais, communément appelée « ver blanc », est une véritable affliction pour les pelouses. À ce stade, le scarabée s’alimente principalement des racines du gazon, ce qui se manifeste par l’apparition de plaques brunes d’herbe morte.  

Le scarabée japonais ne possède aucun prédateur et est difficile à contrôler. Il n’y a pas de technique efficace pour l’éradiquer. 

Cycle biologique

Le cycle biologique comprend 4 stades : œuf, larve, pupe et adulte. Les scarabées adultes sont très actifs l’été durant six à huit semaines. Ils s’alimentent préférablement lors de journées chaudes et humides et restent au repos les jours de pluie. 

La femelle pond ses œufs à une profondeur de 8 cm dans un sol gazonné. Les larves émergent des œufs et se nourrissent de racines de graminées, comme le font également les hannetons. Les larves se développent et passent l’hiver sous forme de pupe

L’adulte émerge à la fin juin et début juillet et se nourrit des feuilles et des fleurs de plusieurs plantes, dont les plantes du potager et certaines espèces d’arbres.

À quoi ressemble-t-il?

L’insecte est bien différent au cours de son cycle biologique :

Crédit des photos : Direction générale de la recherche, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa
OeufLarvePupeAdulte

Les œufs sont blancs et petits (1,5 mm de long). Ils sont pondus à 8 cm de profondeur dans un sol gazonné.

La larve est blanche en forme de C avec une tête brun-jaunâtre. Elle mesure moins de 2,5 cm à maturité. 

La pupe est de taille similaire à celle de l’adulte. Elle se cache à une profondeur de 5 à 8 cm dans le sol.

L’abdomen, le thorax et la tête de l’adulte sont vert métallique et les ailes sont cuivrées.

De petits poils blancs sont visibles le long des côtés et à l’arrière de l’abdomen.

Le scarabée adulte mesure près de 1 cm de long et 6 mm de large.

Scarabée japonais - stade 1Scarabée japonais - stade 2Scarabée japonais - stade 3Scarabée japonais - Stade 4

Vers blancs dans la pelousePrédateurs

Les moufettes, les ratons-laveurs et certains oiseaux comme les étourneaux sansonnets et les carouges seraient des prédateurs naturels du ver blanc. Certains insectes contribuent également au contrôle des vers blancs en les parasitant.

Quoi faire pour prévenir les vers blancs?

De façon générale, la clé du succès dans la prévention est d’avoir une pelouse vigoureuse et en santé. Il s’agit également de la solution la plus efficace à long terme.

Au printemps et à l’automne

Même si une pelouse a été ravagée par des mouffettes ou labourée par des ratons-laveurs à la recherche des petits insectes dont ils raffolent, on peut pratiquer diverses interventions en fonction de la condition du terrain:

  • Aérer le sol avec un aérateur de type « carotte ».
  • Ajouter de la matière organique (compost commercial).
  • Diversifier les espèces végétales qui composent la pelouse, en y intégrant : ray-grass avec endophytes (champignons microscopiques qui vivent à l’intérieur de certaines plantes et qui produisent des substances répulsives pour certains insectes), fétuques et légumineuses, dont le trèfle blanc.
  • Diminuer la fertilisation azotée (particulièrement chimique).
  • Choisir des engrais 100 % naturels dont la teneur en azote, phosphore et potassium (N-P-K) est inférieure à 10 pour chacun des éléments.
  • Garder l’herbe haute : tondre l’herbe à un minimum de 3 pouces (7,5 cm).
  • Laisser les rognures de gazon en place (engrais à libération lente).
  • Diminuer l’arrosage au début de juin afin de permettre à la terre de durcir.
  • Maintenir le pH du sol entre 6,5 et 7,0.

 Durant l’été

  • Maintenir le gazon long et sec lors de la ponte, de juillet à août (minimum trois semaines). La sécheresse du sol empêche en partie le développement des œufs et des larves.
  • Éteindre les lumières sur le terrain, car elles attirent les insectes adultes.

À la fin de l’été 

L’application des nématodes (parasites) est efficace de la mi-août à la mi-septembre. Il s’agit d’une période où les vers blancs se retrouvent souvent à la surface du sol pour se nourrir des racines de la pelouse. La procédure est la suivante :

  • La température du sol doit se situer entre 15oC et 30oC (autour de 20oC de préférence). Il est inutile d’appliquer les nématodes en mai, car le sol n’est pas à la température souhaitée. De plus, en mai et juin, la larve se transforme en nymphe. À ce stade, elle ne se nourrit plus.
  • L’un des nématodes les plus efficaces contre la larve du hanneton européen est l’Heterorhabditis bacteriophora. De préférence, il faut faire le traitement durant une longue période de pluie. Ne faites jamais de traitement par temps ensoleillé étant donné que les rayons ultraviolets sont mortels pour eux.
  • Enlevez le filtre du pulvérisateur ou assurez-vous que les cavités de votre arrosoir soient assez grosses pour que les nématodes se rendent au sol.
  • Brassez régulièrement la solution d’eau et la poudre de nématodes afin d’éviter la noyade faute d’oxygène.

Quoi faire lors d’une invasion de scarabées japonais?

  • Éliminer le plus possible de scarabées japonais adultes manuellement et les tuer dans l’eau savonneuse. La capture est plus facile tôt le matin, car la rosée rend le vol des scarabées plus difficile. Pour ce faire, certains utilisent un petit aspirateur.
  • Attirer les oiseaux en leur offrant un gite et de la nourriture.
  • Implanter des plantes toxiques dans les plates-bandes. Par exemple : la fétuque, l'ivraie, le géranium cultivé, le pied d’alouette, le ricin commun et les fleurs du marronnier.
  • Mettre du compost, car les vers blancs aiment les terres sablonneuses.
  • Écraser les scarabées japonais morts dans un peu d’eau et épandre le tout autour des plantes. Cela agit comme un répulsif naturel.
  • Arroser les parcelles de pelouse infestées avec une préparation de nématodes. Ces petits vers microscopiques sont des parasites du ver blanc. Ils sont déjà présents dans le sol, l’objectif est d’augmenter leur densité. 
  • Pièges lumineux, car ils attirent les insectes.
  • Pièges à phéromones (controversé pour les petits espaces) : D’après une étude, les femelles seraient attirées dans la direction générale du piège plutôt que sur le piège lui-même. L’amas des femelles sur les feuilles des plantes adjacentes aurait alors tendance à devenir plus attractif que le piège pour les mâles en recherche de partenaires sexuels. Pour plus de détails, voir lien suivant : www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19610405

Attention à l’usage de pesticides ou d’insecticides
L’utilisation d’insecticides chimiques dans un potager est fortement déconseillée. Tout d’abord, les insecticides ne sont jamais efficaces à long terme, puisque les insectes résistants forment la nouvelle génération. De plus, vous risquez de tuer des insectes bénéfiques, comme les coccinelles, de redoutables combattantes contre les pucerons et les thrips du jardin.

L’application de pesticides est d’ailleurs assujettie au Règlement 2006-14 concernant l’usage de produits contenant des pesticides. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le règlement sur les pesticides.  

Des ressources pour vous renseigner

Nous vous invitons à consulter le site Internet de l'agence canadienne d’inspection des aliments ainsi que sur le site du gouvernement du Canada.